Ouvrir une session English
 
Et plus...
Et plus...
 

Si vous vous trouvez au sud du Portugal pendant le mois d'août, ne manquez pas le festival de la sardine la première semaine d'août sur les quais de Portimao. En Algarve, on déguste la soupe de coquillages, les petits escargots à l'origan, la cataplana de porc et de palourdes...

Balade gourmande en Bosnie-Herzégovine

La cuisine de Bosnie-Herzégovine est une mosaïque de pâtisseries et de friandises orientales comme c'est souvent le cas dans les Balkans, de plats d’influence arabe, de gâteaux et spécialités à base de pommes de terre héritées des régents austro-hongrois durant le 19e siècle.

Un déjeuner typique commencera par une soupe maison, suivie d’un plat de viande ou de poissons accompagné de légumes, d'une salade et d’un dessert. L’un des plats traditionnels est le bosanski lonac, genre de ragoût de viande et de légumes cuit lentement au four et servi dans un plat en céramique à col haut.

Parmi les autres plats populaires, on citera le

Japrak
rouleaux de chou farcis à la viande et au riz

De nombreux plats bosniaques reflètent l’influence de la cuisine turque, tels les shish kebabs. Différentes variétés de feuilletés sont proposées à toute heure : burek à base de viande, sirnica (au fromage) ou zeljanica (aux épinards).

On mange surtout du poisson frais dans les régions côtières. Partout au pays, on trouvera la viande servie en ragoût ou grillée (chèvre ou d’agneau) sur feu de bois.

Le cevapcici est un type de grillade servi en sandwich dont la recette date de 400 ans. Appelé aussi cevapi, il est composé de petites saucisses allongées, enveloppées dans du somun (genre de pain pita) avec beaucoup d’oignon haché et du fromage blanc (Kajmak).

Comme dessert, les Bosniaques préfèrent terminer le repas avec des fruits, des flans ou un gâteau. Si les friandises turques comme le baklava, la halva (sésame à l’orange germé dans du miel) sont fort appréciées, elles sont généralement réservées pour les occasions spéciales, de même que le tufahija – pommes farcies aux noix et couvertes de crème fouettée.

En route pour Mostar
Au départ de Sarajevo, une « autoroute » s’élance vers Mostar. La vitesse reste limitée, et la route prend l’allure d’une paisible nationale. Dans les campagnes, entre Tarcin et Konjic, des dizaines de vendeurs de miel et de fruits installent leurs auvents le long de la route. Les voyageurs ne s’arrêtent guère, mais les vendeurs tuent le temps en papotant entre eux ou en jouant aux échecs.

A Mostar, le sentiment le plus vif dans ma mémoire est encore celui de l'atmosphère très particulière des ruelles longeant le fleuve : de savoureux tableaux plein de vie qu'animent les petits cafés où, pour 1 Mark convertible, vous pourrez déguster cet inimitable café turc. Si vous passez par ici, arrêtez-vous chez Milavic Semir. Originaire de Mostar, il parle français couramment. Il possède un complexe de vieilles maisons orientales (1766) classé monument historique et protégé par l'état. Restaurateur, il saura vous faire connaître et apprécier les plats authentiques de Herzegovine. Il nous proposera très bientôt des recettes traditionnelles, un menu comme si vous étiez attablé dans son restaurant. Il ne vous manquera plus que le décor.

 
 
Autres Articles
Recherche
 
Infolettre
Rechercher dans le site
Trouver
 
Inscrivez-vous gratuitement et recevez notre infolettre offcielle
S'inscrire