Ouvrir une session English
 
Géographie
Géographie
Villes et régions
Villes et régions

Fort de France

Les communes du Nord " botanique ".
Balata, Morne-Rouge, Saint-Pierre, Prêcheur...

Nord Caraïbe
Schoelcher, Case-Pilote, Carbet, Fonds-Saint-Denis...

Nord Atlantique
Le Robert, Tartane, Trinité, Grand-Rivière..

Le Sud
Trois-Ilets, Anses d'Arlet, Diamant, Sainte-Anne...

À découvrir
La Martinique se vit au rythme du carnaval

Bienvenue en Martinique durant le carnaval

Le carnaval se célèbre aux Antilles depuis le XVIIème siecle. Toujours l'esprit à la fête, il prend tellement d'ampleur qu'en 1885 le maire de Saint-Pierre (alors capitale de la Martinique) se voit contraint, par avis à la population, de limiter la sortie des masques à certains jours : le "dimanche, les jours gras et le mercredi des cendres". L'allégresse est générale et débordante...

Jusqu'en 1902, le carnaval de la Martinique se déroule essentiellement à Saint-Pierre, et c'est avant tout le carnaval des classes opulantes : défilés de femmes vêtues de riches étoffes, parées de leurs bijoux, de "princes" en satin ou en velours, de pierrots poudrés et de polichinelle...

Ne pouvant s'offrir ces costumes coûteux, le peuple de petite condition s'en mêle, et se fabrique de vieilles guenilles, vieux sacs percés, et certains s'enduisent de nappage de mélasse...

Le 8 Mai de cette même année, une terrible éruption volcanique de la Montagne Pelée, enterre la ville et son carnaval; et en 1906, Fort de France, désormais capitale de la Martinique, fait renaître le carnaval.

Depuis quelques années, certains carnavaliers multiplient les initiatives pour que les festivités redémarrent à l'Epiphanie autour de plusieurs manifestations :

Le concours de chansons créoles (remise de prix...)

Des spectacles consacrés aux élections des reines du carnaval, défilant en tenue de soirée, costume local et travesti.

La Martinique se vit au rythme du carnaval 1

Le Samedi gras, c'est le jour de la parade des reines.

Le dimanche gras dans l'après-midi, les reines, mini-reines et travestis descendent dans les rues, afin de montrer leurs plus beaux déguisements.

Une ribambelle de petits garзons sont habillés en clowns, méphistos, arlequin..., traînant après eux une vieille casserole rouillée, qui fait à sa suite un bruit infernal.

Des coupeuses de canne à sucre avec leurs robes de vives couleurs bariolées et leur chapeau bakoua sur la tête, tiennent d'une main une longue canne avec sa flèche en panache, et de l'autre un coutelas en bois avec lequel elles vont mimer la coupe de la canne.

La Martinique se vit au rythme du carnaval 1

Le lundi gras est le jour du mariage burlesque . Des maris gringalets défilent au bras de matrones. Les hommes sont déguisés en femmes et les femmes en hommes.

La Martinique se vit au rythme du carnaval 1

Le Mardi Gras est un jour marqué par les défilés des diables rouges à l’image du feu de l’enfer. Le déguisement du diable est une salopette de toile rouge recouverte de dizaine de petits miroirs et affublée d’une longue queue à grelots. Le Diable tient une fourche et sa tête est recouverte d’un masque connu.

Le mercredi des Cendres est un jour de carnaval comme les autres réservé aux joyeuses pleureuses en habits noirs et blancs (les diablesses).Le Carnaval se meurt et l’on brûle Vaval à la tombée de la nuit. C’est la fin des festivités et l’entrée dans la période d’abstinence et de rigueur du Carême qui s’étend jusqu’à Pâques . Le" Bwa-Bwa", n'y est plus. Voici le "Vaval" à brûler, créé sur une idée de l'actualité du moment, à la clôture, le Mercredi des Cendres.
"Les nègres gros sirop" déferlent, le corps enduit de coltar, les paupières peintes en rouge, et de grandes bouches tracées avec du blanc.

Les orchestres de rues, les chars, les "Carolines", et les "Moko Zombis" animent les rues encombrées par les carnavaliers...

La journée s' achèvera par le grand vidé qui conduira la foule en délire vers le bal "Ti-Tane".

Le carême fait de restrictions et privations correspond à l’époque de la saison sèche en Martinique.
Pendant toute cette période, l’on mange plutôt maigrement et l’on bannit la viande de sa table le vendredi. La tradition veut que l’on ne danse pas, que l’on n’écoute pas de musique et que les célébrations de mariages et de fêtes n’aient pas lieu à cette époque de l’année.

 
 
Autres Articles
Recherche
 
Infolettre
Rechercher dans le site
Trouver
 
Inscrivez-vous gratuitement et recevez notre infolettre offcielle
S'inscrire